Quels cahiers choisir? Quel lignage choisir?

En France, on utilise majoritairement la réglure Seyes appelée communément « grands carreaux ». Chaque carreau mesure 1cm², découpé de fines lignes horizontales espacées de 2 millimètres. C’est  Jean-Alexandre Seyès, libraire-papetier français qui l’a créé en 1892.

  • Le premier interligne sert à délimiter la hauteur des petites lettres (a,o,e,i,c,m,n,s,u,v,w,x)

Image1

 

 

  • Deux interlignes en dessous pour toutes les lettres qui descendent : z, y, p, q, f, g, j

Image4

 

 

 

  • Trois interlignes pour les lettres à boucles qui montent : f, h, k, l, b

Image2

 

 

 

  • Deux interlignes pour le d et le t

Image3

 

 

 

En maternelle pour les premiers essais d’écriture, on utilise principalement du papier uni , format A5 ou A4 paysage. Le papier uni permet à l’enfant de régler la hauteur de son geste en fonction de la mobilité de ses doigts.

Attention ! Une erreur très répandue consiste à proposer aux  élèves des modèles trop grands qui vont induire un mouvement du bras ou du poignet et non des doigts.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lignage sera introduit à partir de la fin de GS, lorsque l’habileté pour écrire sera en partie atteinte. Il permet un contrôle visuel pour maintenir l’horizontalité de la ligne et une régulation de la hauteur des lettres.

L’apprentissage de l’écriture se fait généralement d’abord avec des interlignes plus larges.

Une habitude très largement répandue est de proposer le type de réglure ci-dessous (Double ligne 5mm, 3 mm ou 2 mm). Il  a l‘inconvénient de ne pas  visualiser la hauteur du deuxième interligne supérieur pour les lettres t et d, de même que le deuxième interligne inférieur nécessaire aux jambages descendants (z, y, p, q, f, g, j). Du coup, les jambages sont trop bas, les hampes trop hautes, les t et les d ont la même taille que les hampes bouclées. Les repères  visuels ne se  justifient donc pas. A noter aussi que la double ligne de 5 mm est vraiment inadaptée.

Il est préférable de commencer par une réglure Seyès agrandi de 3 mm  en début d’année.C’est la plus adaptée. Il est important de choisir un papier de qualité supérieure qui mette bien en valeur les contrastes, c’est particulièrement vrai pour les enfants souffrants de troubles neuro-visuels.

 

Choisir une réglure plus grande (4 ou 5 mm) risque d’induire des mouvements de flexion et d’extension trop importants pour des petits doigts de GS/CP et de provoquer de mauvais appuis, des torsions du poignet…

Au fur et à mesure des progrès et de la maîtrise de l’outil, on pourra réduire la taille les interlignes à 2.5mm. Enfin, on s’acheminera vers l’utilisation de la réglure standard « grands carreaux » de 2 mm. Le passage  d’une réglure à l’autre doit se faire  » à la carte » selon le degré de maîtrise de  l’élève. Il est tout à fait possible  de commencer  l’année  de CE1 avec un interlignage de 2.5 mm avec un passage au Seyès standard quand  le geste  est  maîtrisé.

A noter, l’existence d’une nouvelle réglure crée par Anne-Gaël Tissot, une de mes collègue rééducatrice en écriture, pour un de ses élèves dyspraxiques. Cette réglure introduit un interligne supplémentaire entre chaque ligne de base. Le premier interligne est de couleur plus foncée pour le repérer facilement. Les interlignes suivants sont matérialisés par des couleurs de plus en plus pâles.Ce lignage est appelé papier « Gurvan » téléchargeable sur le site http://www.sos-ecriture.fr/

 

Les guide-doigts

Rappel : Une idée fausse: plus l’enfant est petit plus il faut un gros crayon

Dans le commerce il existe un choix important de stylos de toutes sortes. Le choix du stylo est très personnel, certains préfèrent une bille qui glisse, d’autre préféreront une pointe fine.

Pour  aider les enfants à acquérir une bonne tenue, les fabricants  proposent des stylos ou des guide-doigts qui se veulent ergonomiques . L’intention est bonne mais l ‘aide apportée rarement satisfaisante, sauf si on a la chance d’avoir une main et des doigts standards.Il faudrait des tailles, comme pour les chaussures…..et encore.Un défaut majeur en défaveur des guide-doigts c’est  qu’ils ne sont pas fixes, ils peuvent  tourner autour du crayon et s’utiliser incorrectement.

Ces outils peuvent rendre service dans certains cas mais la plupart du temps ils n’ont pas lieu d’être. Ce qu’il faut c’est adopter la bonne tenue.Si la tenue est un vrai « handicap » pour l’enfant, orientez-le vers une rééducatrice de l’écriture qui en quelques séances restaurera une bonne tenue.Il n’est pas rare que  celle-ci soit adoptée dès la première séance.

 

 

guide doigts

guide-doigts, uniquement en cas de nécessité

 

 

pour aller plus loin:

 

Image empruntée ici: http://www.top-office.com/lot-de-10-guide-doigts-grippies-jpc.html

La posture

postureVeillez principalement:

  • A ce que les pieds soient en appui par terre ou sur un repose-pieds (gêne circulatoire, instabilité)
  • Éviter les chaises à roulettes (instabilité)
  • A la hauteur de la table par rapport à la chaise (mauvais appuis), l’avant-bras doit-être approximativement à 90° lorsqu’il est posé sur la table.
  • A ce que la chaise ne soit pas trop loin de la table (dos courbé, compression abdominale, mauvais appuis)
  • A ce que la feuille soit légèrement penchée (à droite pour un gaucher, à gauche pour un droitier et légèrement moins que pour un gaucher)

 

Pour aller plus loin sur ce sujet :

Les outils adaptés: crayons, formats, lignages.

Quelques principes simples

LES CRAYONS:

Contrairement à une idée reçue, ne pas choisir des crayons trop gros ni trop courts car ils gênent la mobilité des doigts.Lorsque l’enfant aborde ses premiers essais d’écriture il faut privilégier des crayons un peu tendres.

Évitez les crayons de papier cylindriques qui  roulent entre les doigts peu expérimentés.Préférez un crayon triangulaire ou octogonal qui offre davantage de prise. Pensez  à le tailler et à en changer dès qu’il  ne peut plus reposer dans la commissure pouce-index (cela dépend donc de la taille des mains)

Les guide-doigts (grip) peuvent apporter une aide notamment lorsque l’enfant transpire.

fille crayon

LES FORMATS, LES LIGNAGES: :

Les grands formats favorisent des mouvements d’épaule, ils ne sont donc pas adaptés pour réaliser un travail d’écriture.

Il n’est pas rare de donner aux enfants de maternelle des « fiches » au format A4, sens portrait, or ce format est inadapté, il ne permet pas  à l’enfant d’adopter une bonne posture, il risque d’induire  un mouvement de rotation autour du coude  et oblige l’élève à allonger tout le bras sur la table pour atteindre le haut de la page.

Le format A4, sens paysage, est plus adapté, quoique la grande largeur va nécessiter de contrôler correctement le déplacement de l’avant-bras et l’écartement du coude. C’est pourquoi  le format A5 paysage semble le plus adapté, il va aussi permettre, du fait de sa faible largeur, d’intégrer plus facilement  l’horizontalité de la ligne.

Chez les petits, l’absence de lignage va permettre de développer la gestion de l’espace feuille.Le lignage sera introduit lorsque l’habileté pour écrire sera  quasiment atteinte. Il permettra un guidage visuel pour respecter les dimensions de la hauteur des lettres et ainsi de respecter les interlignes.

Pour les mêmes raisons, il est préférable d’écrire sur des petits cahiers à grands carreaux dans les petites classes du CP au CE2. Il est préférable de commencer au CP avec une réglure de  3 mm et de diminuer progressivement au cours de l’année à 2.5 mm puis 2 mm. Néanmoins certains enfants auront besoin de rester plus longtemps avec un lignage agrandi car leur motricité fine  n’est pas suffisante  pour faire  évoluer la forme.

Réserver l’usage des  cahiers grands formats à partir du CM, bien que vous l’aurez compris, le critère n’est pas l’âge mais la taille de l’élève.Plus il est petit moins le cahier doit être grand.

Pour aller plus loin sur ce sujet :

La tenue du crayon: une compétence primordiale à l’école.

En maternelle, les enfants de 2 ou 3 ans arrivent à l’école en ayant quasiment tous pris un crayon dans les mains.

Ceux pour qui l’expérience à été concluante aiment dessiner et montrent l’envie d’écrire. Ceux qui n’ont pas trouvé « le truc », ceux qui se fatiguent, ceux pour qui c’est couteux en énergie (bien souvent par manque de tonus musculaire), se détournent du dessin et de l’écriture et pour certains cela va jusqu’à ne pas avoir envie d’aller à l’école parce que l’usage du crayon y est omniprésent.

Les mauvaises tenues se prennent très tôt et résistent ensuite à tous les traitements. Une fois que l’enfant a trouvé une façon de faire, il est beaucoup plus difficile de « corriger » la mauvaise tenue.D’où l’importance de prendre un bon départ.

A l’école, tout est basé sur la transmission écrite de ses connaissances, cette compétence est primordiale à l’école, il est donc capital que soit mis en place un apprentissage raisonné de la tenue et du maniement du crayon.

Chez les plus jeunes, les exercices de motricité sont primordiaux. L’activité motrice du corps tout entier et les manipulations précèdent nécessairement les apprentissages plus symboliques que sont l’écriture et le reste des apprentissages  qui se font à l’école

 LA BONNE TENUE : C’est ma même qu’on soit gaucher ou droitier

Contrairement à la croyance répandue, la tenue de l’outil scripteur ne se fait pas avec la pince du pouce et de l’index.

L’outil doit être tenu entre la partie haute de la pulpe du pouce et le côté de la première phalange du majeur; l’index est posé sur le corps du crayon, ni trop près, ni trop loin de la mine pour guider le mouvement alterné de flexion et d’extension des doigts.

Toute tenue de l’outil qui entrave ce mouvement conduit à des crispations, à une mauvaise visibilité de l’acte d’écriture, à des compensations gestuelles inadaptées.

 

 

tenue

tenue

 

Il ne suffit pas de tenir le crayon correctement, il faut également que le poignet soit en appui sur la table.

C’est l’intérieur du  poignet, pas le bord cubital, qui doit être en contact avec la table. On sent cet appui lorsque l’outil scripteur est dans l’axe de l’avant-bras. C’est cet appui qui permet d’écrire sans crispation dans le reste du corps.

 

 

pour aller plus loin: